Search
  • daphnepicq

La gestion du stress pendant la crise du Covid-19 : la prise de poids et le sport

Updated: Mar 22

La crise du Covid-19 a eu deux effets notables partout dans le monde et y compris à Singapour : certains se sont mis au sport et d’autres ont pris du poids. Bien que paradoxales, ces deux tendences sont finalement deux facettes d’un même problème : la gestion du stress. En tant que kinésiologue, je souhaiterais vous faire part d’observations tirées de mon expérience clinique.


Un choc émotionnel, le stress ou une perte importante associée à un sentiment d’abandon peuvent engendrer un besoin viscéral de se faire du bien, de se réconforter, de s’ancrer. Le sport et la nourriture sont deux manières différentes d’y répondre.

Les effets positifs du sport sont : l’activation du système lymphatique et en conséquence l’élimination des toxines ; la régulation du stress et la sécrétion des hormones du bien-être et de la joie : dopamine, ocytocine, sérotonine et endorphines. Ce qui le rend même parfois addictif. Le sport nous permet de nous sentir physiquement bien et aussi psychologiquement. Il nous met en mouvement et agit positivement sur l’image que nous avons de nous-même. Course à pied, vélo, kayak et j’en passe… le sport est, par ailleurs, un bon moyen de nous reconnecter à notre environnement et à la nature.


La nourriture a également des effets positifs, le repas est un moment de convivialité et de partage. Le problème est que parfois nous avons augmenté la quantité de nourriture ingérée d’où une prise de poids excessive. Il arrive aussi, de manière très injuste, que sans rien changer à nos habitudes nous prenions du poids. Parfois, La peur de manquer crée un déséquilibre dans notre système endocrinien, nos hormones s’affolent et agissent sur l’absorption des nutriments et l’élimination des déchets par le corps. Nous pouvons soit maigrir, soit grossir de manière inattendue. Et certains types de nourriture sont particulièrement addictifs. Le sucre, par exemple, est associé à la douceur. Dans les périodes difficiles nous pouvons avoir tendance à en consommer plus.


Il est important de comprendre quelles sont les causes derrières nos comportements. Quand nous mangeons ou faisons du sport, est-ce par plaisir ? ou est-ce pour combler un manque ?

Du sentiment d’isolement, de vulnérabilité, de fragilité, d’inutilité découlent une insécurité sur le plan affectif et matériel, une peur face à l’avenir, une peur de ne pas faire le poids au sens propre comme figuré, et une perte de contrôle. D’où, un besoin impérieux de reprendre notre pouvoir, d’être réconforté, de combler un vide intérieur et de se protéger. Prendre du poids est une manière de créer une armure autour de soi.

Une autre manière de reprendre notre pouvoir et de calmer nos peurs est de s’ancrer dans la réalité, par la respiration, la présence à soi et le contact avec son environnement humain et naturel.


Cette crise et les stress qui en découlent peuvent être amplifiés par les émotions de notre passé, celles que nous avons enfouies et dont nous n’avons peut-être même pas conscience. Nos peurs et nos angoisses trouvent pour la majorité leurs origines dans notre enfance. Elles sont souvent une construction de l’esprit et une projection de nos émotions passées dans le futur. La kinésiologie est un outil intéressant pour se libérer de la surcharge émotionnelle. Grâce au test musculaire, le kinésiologue interroge le corps qui porte toute notre histoire personnelle et héritée. En travaillant sur les énergies, cette technique permet de retrouver un équilibre corps et esprit. Nutritionnistes, coachs sportif, masseurs, psychologues, coachs professionnel, thérapeutes énergéticiens… peuvent aussi être un soutien utile pour perdre du poids ou pratiquer une activité sportive motivante et sans risque.




Recent Posts

See All