Search
  • daphnepicq

Comment transformer notre souffrance ?

Avant d’aborder la souffrance, il faut parler de la douleur. La douleur est une sensation physique provoquée par un élément extérieur. C’est l’instant, l’instant où on se cogne le doigt de pied au lit, l’instant de l’annonce d’un décès, ou d’une maladie. La souffrance, c’est la douleur qui s’installe dans le temps, qui est personnelle et difficilement mesurable. Cette émotion pour l’une et sensation pour l’autre peuvent se succéder ou être concomitantes. La douleur physique peut devenir une souffrance psychique et réciproquement, la souffrance peut se traduire par des symptômes physiques comme des tremblements, une perte de connaissance, une maladie…


La souffrance finit par anesthésier le corps et l’esprit : notre réflexion est plus lente, nos capacités de concentration ou de résistance à l'anxiété, notamment, sont amoindries. Nos mouvements sont moins vifs et moins précis. Le corps se met en veille pour nous permettre de gérer ce moment et sécrète de l’endorphine pour calmer la douleur.


En plus, parce que la souffrance est inconstante, qu’elle nous laisse parfois des répits, elle peut laisser la place à une autre émotion, la peur, qui s’installe sournoisement. Peur que ça recommence, peur d’être anéanti encore une fois par la douleur, ou que quelque chose de négatif se produise. Cette peur est parfois pire que la souffrance elle-même. Elle éloigne de nous l’envie de prendre des risques et parfois même de vivre, tout simplement. Cette peur est issue d’expériences vécues dont nous avons plus ou moins conscience.


Pour mieux appréhender sa souffrance et la peur qui y est liée, il est bon de la reconnaitre, se l’autoriser sans colère ni culpabilité et l’accepter comme une émotion passagère. L’ignorer ou la glisser sous le tapis c’est lui donner plus de force et de consistance. Notre état psychologique et émotionnel ainsi que nos pensées influencent notre perception de la vie et donc de la souffrance. Nous en faisons l’expérience aujourd’hui avec le climat de peur qui règne à cause de la Covid. A l’échelle individuelle, chacun gère différemment sa souffrance, sa projection de la souffrance et la peur de la séparation physique, de la contrainte, de maladie et de la mort.


En tant que kinésiologue, j’accompagne des personnes en souffrance pour les aider à se libérer de leurs émotions bloquées et des habitudes négatives. Comme d’autres techniques, et grâce à son approche physico-émotionnel, la kinésiologie permet la diffusion du stress émotionnel autour d’un évènement ou d’une expérience de la vie. Le test musculaire permet de communiquer avec le corps et d’aller chercher les précieuses informations qu’il a enregistrées, de déterminer où sont les blocages et de travailler à un rééquilibrage énergétique, physique et émotionnel.


*Illustration Clemence Renault, https://www.instagram.com/clemence.renault/

Recent Posts

See All